natur-action

natur-action

mardi 10 mai 2016

Natur-Action se félicite de l’avis rendu le 6 mai dernier par l’Autorité Environnementale, remettant en cause le bien fondé du parking « nord » de la gare de St-Nazaire.

Notre association a toujours contesté la nécessité de ce parking construit en lieu et place d’une zone humide, alors que d’autres alternatives étaient possibles, comme le relève aujourd’hui l’Autorité Environnementale.

Nous avons dès 2011, alerté les nazairiens sur ce projet de parking.

Dès le début, nous avons eu un doute sur la réalisation correspondant à la demande déposée: à savoir un parking « vert et bleu » (sic) avec de larges passages naturels pour laisser les écoulements s’exprimer. 
Sous prétexte que les travaux de passerelle pour relier la gare ne sont pas encore effectués, le parking n’a jamais été réalisé selon les autorisations reçues. Pire, il ne s’agit aujourd’hui que d’un dépôt de gravats ayant eu pour conséquence de combler la zone humide sur laquelle il a pris place.

De même que les compensations, reléguées sur un terrain vague sous une ligne à haute tension derrière le magasin « boulanger », nous semblent largement insuffisantes.

Rappelons qu’à l’époque, les conclusions de l’enquête publiques ont été défavorables pour la seconde partie du dossier: la réalisation de tours de bureaux entre le dit parking et « Quick ».

Aujourd’hui, l’avis de l’Autorité Environnementale rejoint les points que nous contestions en 2011, que ce soit à travers la presse ou lors de l’enquête publique. Tout le monde a été mis devant le fait accompli, et l’ancienne municipalité a entrepris les travaux dans l’urgence malgré des recours!

Les zones humides disparaissent dramatiquement de nos territoires, le réchauffement n’est plus une « lubie » d’écolos, les températures moyennes de la planète battent des records historiques mois après mois. Certains veulent encore un aéroport au détriment de milliers d’hectares de nature, d’autres ressortent du chapeau un projet de pont entre St-Nazaire et Nantes (destruction de zones humides à prévoir)…

Ce parking pouvait se faire en sous-terrain à la place de la friche « Elf » ou de l’autre côté de la route. Comble du cynisme, en rasant cette zone humide, on nous a imposé une moquette en plastique en lieu et place de véritables espaces verts (entre le pont de la Matte et le rond-point).

Nous demandons à ce que les conclusions de l’Autorité Environnementale soient prises en compte et intégrées à la révision du PLU. Nous demandons également à la nouvelle municipalité de remplacer les pelouses en plastique par de véritables espaces verts naturels.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire